Revue de presse et interviews radiophoniques à l'occasion de la sortie de l'album "Aurora Consurgens

"Doneyan, Khayati and Zebracki perform these scores as lovingly developed improvisatory treatments, creating elegant textures. This recording demonstrates that it is possible to bring musicians from diverse backgrounds together in a project, without the single aesthetic or genre of each individual overwhelming the core of the chosen compositions."

Tom Bickley American Recorder, spring 2020

"French Ensemble Rosaces performs similar alchemy by improvising on medieval works by Da Perugia and the early Machaut, Da Firenze, and Ciconia. What starts out as a classically performed piece, slowly deforms until it is totally contemporary, but without disturbing this musical contagion. The result is rhythmic but subtle, gently daring. The end point is more towards jazz, and then you hear the players go their own way, like in the beautiful improvised coda of the Gais et jolis of De Perugia/Machaut."

Sarah Jeffery, Blokfluitist, janvier 2020

"Une superbe osmose musicale au charme envoûtant"

Pascal Proust, Guitare Classique Magazine numéro 89
 

"Cependant, il ne s’agit pas simplement d’une tentative de reconstruction et de remise en question d’anciennes polyphonies. En effet, l'Ensemble Rosaces se spécialise plus que dans l'interprétation historique et tente de construire un pont entre la musique médiévale et contemporaine grâce à l'improvisation."

Lorenzo Tozzi, Magazine MUSICA ⭐️⭐️⭐️ pour "Aurora Consurgens", novembre 2019

Rencontre avec l’ensemble Rosaces à travers son guitariste et arrangeur, Michel Zebracki…

Radio BFC Classique - Ecoutez l'émission du 8 septembre 2019 en Podcast !

 

Diffusion de l'album dans la sélection du jour

Radio Classica - "Stravaganze Barocche" Gabriele Formenti, 8 juillet 2019

"Il fascino di Matteo da Perugia - Un répertoire qui montre comment le thème de l'amour et de la danse était présent à l'époque, à côté du répertoire sacré."  

Brescia Oggi ,2 juillet 2019

"Entre médiéval et contemporain… " compte-rendu de concert

Les Chemins de Musique, Versailles - 13 mai 2019 :

"Jouer avec le temps, faire résonner l’atemporelle modernité d’une musique ancienne, la faire dialoguer naturellement avec le jazz en un jeu de correspondances poétiques : tel est le défi qu’ont su relever ces musiciens talentueux et inventifs. En maitres alchimistes, Gayané Doneyan, Alice Khayati et Michel Zebracki, ont su transformer un langage musical lointain et méconnu, l’ars subtilior en une langue bien vivante que l’on parvient aisément à faire nôtre. La plasticité du jazz rendant possible et fluide ce télescopage de temps musicaux si éloignés mais aux points de contacts nombreux. Richesse rythmique, grande liberté polyphonique et un gout immodéré pour l’improvisation font que le dialogue s’avère aisé." 

Sophie Haluk, Radio Aligre FM 93.1 - Ecoutez toute l'émission du 19 Avril 2019 en Podcast !

"Hard to define univocally, their performance boundaries spread from an unconventional approach to the music by Matteo da Perugia, with a real alchemical fusion with ancient-like contemporary improvisations that constantly “trope” the original text (...) At the same time, they pay homage to one of the greatest composers of the medieval period, setting a long-shot for possible use of medieval music as groundwork for something entirely new."

Edmondo Filippini, musicologist and Da Vinci director

 

"Alice Khayati au chant, Gayané Doneyan à la flûte et Michel Zebracki à la guitare, n’en ont pas pour autant oublié l’époque dans laquelle ils vivent et ont ainsi laissé libre cours à une certaine liberté, se permettant même d’improviser (...) Beaucoup d’imagination et de subtilités ce soir - là, un très beau concert donné par des musiciens délicats et inventifs. Une formation à suivre."

Le Télégramme, 29 juillet 2018

52911326_2249553838651770_35150993965239

Programme : "Subtiles Renaissances"

Né à Machault en Champagne vers 1300 et mort à Reims en 1377, Guillaume de Machaut est le plus célèbre compositeur français de l'Ars Nova, ayant marqué pendant plus d'un siècle la production artistique européenne.

Nous lui devons l'élaboration d'un style polyphonique nouveau que l'on qualifie de chanson, culminant avec ses ballades, dont il fixe la forme.
Ainsi, toute la génération de musiciens italiens de la fin du XIVe et du début du XVe siècle, en commençant par tenorista Paolo da Firenze (1355-1437), dont l'esthétique encore très gothique, malgré de longues séquences mélodiques faisant déjà entrevoir le style renaissant, sera profondément influencée par le chanoine de Reims.

Matteo da Perugia (actif entre 1380 et 1418), personnalité centrale et visionnaire du manuscrit de Modène, connu pour ses contratenori d'un lyrisme ardemment sensuel, apportant une nouvelle dimension aussi bien à ses propres oeuvres, qu’à celles de Machaut, deviendra un véritable passeur de la musique polyphonique médiévale à son apogée, que l'on nomme Ars Subtilior, vers une harmonie plus suave, aux prémices de l’art renaissant.

Enfin Johannes Cicconia (1340-1411) à qui l'on doit la véritable synthèse entre l'apport français et l'apport italien à la musique de ce temps, sera la première figure marquante de la Renaissance européenne. 

Program : "Subtiles Renaissances"

The most famous french composer of the Ars Nova, Guillaume de Machaut (born ca. 1300, Machault in Champagne ; died 1377, Reims), left his mark on a singular part of european music for over a century.

He created a new polyphonic style called « chanson »  reaching his high point with his « ballads », a form he established.

So that’s how all Italian musicians, from the late XIVth Century till the early XVth, were profoudly influenced by the Canon of Reims. One of them was the tenorista Paolo da Firenze (1355-1437), whose aesthetic was still quite gothic, despite extensive melodic frames where could be foreseen the Renaissance style.

Well known for his ardently sensual lyric contratenori, Matteo da Perugia (1380-1418)  became a guide of the polyphonic medieval music at its height, called Ars Subtilior. He added a new level to his own pieces as well as Machaut’s ones, by adding the famous third voice called contratenor, which extends its creativity.

A first leading figure of the european Renaissance, Johannes Cicconia (1340-1411) was responsible for the genuine synthesis between the French and the Italian contributions to the music of that day.